christian tartarini


works
info


           

info@christiantartarini.com


français catalá castellano english


Né à Liège, en Belgique, christian Tartarini entame des études d’architecture en
1989 et obtient son diplôme en 1995. L’architecture pour lui devient alors un lieu
de découverte.
Tout en évitant le superflu, il s’amuse à inventer des détails, à utiliser des textu-
res donnant lieu à des contrastes, des conversations qui donnent vie à ses
espaces. Le respect du lieu et des valeurs essentielles de l’homme mettent le
ton juste à ses créations. Chercheur de sensations, il offre aux acteurs des lieux,
le loisir de respirer, de toucher, de se mouvoir à l’intérieur de volumétries baignées
de lumière, d’air et de liberté.

En 2006, et après 11 ans d’architecture et de voyages à travers l’Asie et le
monde, Christian s’installe à Barcelone. S’ouvre dès lors une nouvelle étape
dans sa mise en exergue des valeurs les plus essentielles de l’homme et de
son environnement. Pour y parvenir, il s’émisse dans le monde de la peinture
et trouve ainsi la manière la plus directe, simple et personnelle de donner vie à
des matières qu’il intègre dans ses créations leurs offrant formes, reliefs, textures,
tensions, plis et mouvement. Par moment écorces, par moment peaux ou
fossiles, ses textures peuvent également se révéler plan urbanistique, il nous
offre alors une représentation de lapeau de la cité.
De temps à autre et de manière imprévisible, ses créations semblent sculpter le
temps ; nous observons un monde apparemment serein mais qui au gré de la
lumière et de notre mouvement, ne cesse de se transformer. Peaux, écorces,
textures ou simples illusions qui par leur dualité entre l’abstraction et le réel, nous
laisse troublés de par leur mimétisme autant naturel que spontané et discret.

Parfois dotées d’une certaine tendance romantique, ses œuvres nous offrent
une critique acide sur notre monde contemporain où la nature reprend
mystérieusement ses droits.
Christian nous livre une réflexion sur l’illusion des choses, la lisibilité du réel,
l’abandon des valeurs fondamentales de la vie.